[VS5] Une visite inattendue.

 

"Le sommeil est un état dangereux pour l'imprévoyant.
Les loups qui rôdent dans la nuit exploitent l'inconscience du dormeur pour le dépouiller, pour le dépecer.
Cependant, si tu en déduis que l'adepte des versets de la survie doit dormir d'un seul œil, tu commets une erreur :
Le manque de repos finirait par le conduire à sa perte,
car celui qui ne rêve pas perd peu à peu toute énergie, toute vigilance.
L'homme prévoyant aura pris soin d'éloigner le danger avant de s'allonger et de fermer les paupières.
Les portes verrouillées, les volets clos, la pièce inspectée de fond en comble,
la femme ou le compagnon inconnu renvoyé,il pourra enfin plonger sans remords dans la paix du sommeil."

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une fin d'après-midi pluvieuse à Nezebgrad.
Le service militaire obligatoire à Asee Teph était arrivé à sa fin.
Sous la pluie battante, Eskarioth regagnait son appartement dans la capitale.

Enfin un peu de repos.
Et un peu de temps pour s'éclaircir les idées.

Arrivé à destination, le sorcier referma la porte derrière lui, mais n'alluma pas tout de suite.
Executant quelques gestes vifs et précis, une onde de choc électrique se répandit dans la pièce.
En guise de réponse au sort, de multiples grésillements se firent entendre, détail qui indiquait que tous les micros dissimulés dans la pièce avaient bien été détruits. L'Arisen sourit intérieurement : Ses quelques missions effectuées au service du ZIT s'étaient avérées instructives... Notamment, dans la recherche d'une façon d'éliminer tous ces mouchards. Le Zem se décida enfin à allumer, s'apprêtant à retirer son imperméable impérial pour le mettre sur une chaise... lorsque l'on frappa à sa porte.

Poussant un juron bien senti, Eskarioth alla néanmoins ouvrir.

"Yosh, cousin !
Ca fait quelques semaines qu'on avait plus de nouvelles de toi !
On commençait à prendre les paris sur le coin perdu où tu avais pu trouver une fin tragique, tu sais ?"


Le sorcier se raidit imperceptiblement.
Sous son attitude désinvolte et décontracte, Kheriatos était l'élément le plus détesté de la famille du mage.
Bien qu'en apparence amical et sociable, c'était un Arisen parmi les plus calculateurs et sournois qu'il était possible de rencontrer. Ce n'était pas pour rien qu'il s'était naturellement retrouvé dans une section du ZIT uniquement constitué de psioniques. Ce n'était pas un hasard non plus, si, contrairement à bon nombre de Zems dont le visage était en décomposition avancée comme le sien, il n'avait pas eu la décence de le cacher sous un masque mortuaire complet. Au contraire, cela devait lui être utile pour mettre mal à l'aise les détenus lors des interrogatoires. Bref, même un crotale d'Asee Teph était moins venimeux et dangereux.

"Que me veux-tu ? Sois bref, je te prie.
Je viens tout juste de rentrer de service.
Et j'aimerais prendre un peu de repos si cela ne te dérange pas."

"Haaaa désolé, désolé ! C'est juste que j'ai appris que tu étais de retour... Totalement par hasard hein !
Mais tu sais ce que c'est dans le service : Les nouvelles qui vont vite et... j'ai toujours une oreille qui traine. Et comme j'ai aucune idée du temps que tu vas rester dans notre belle capitale, je préférais te croiser tant que j'étais sûr que tu y sois !"

Eskarioth soupira longuement en guise de réponse.
Son cousin prit cela comme une invitation a entrer et à poursuivre son petit monologue.

"Tu sais, tu devrais donner des nouvelles de temps en temps à ta sœur.
Elle s'inquiète beaucoup. Vous qui étiez si proches... Il s'est passé quelque chose ? une dispute, peut-être ?
Non non non... Ne dis rien. Je deviens trop indiscret, je crois !"

L'occultiste poussa un ricanement bref.
Eskarioth le toisa silencieusement.

"Hahem. Bref. Je dois aller droit au but, c'est ça ?
D'accord, d'accord. Tu devrais travailler ta manière de communiquer avec les autres, cousin ! Ca te jouera des tours un de ses quatre. Un Zem qui se coupe de sa famille, même de ses proches, du jour au lendemain... Tu sais bien que dans l'Empire, la suspicion a vite fait de s'installer ! Hmmm ? Ha oui. Droit au but, c'est vrai ! Je voulais te remettre un rapport qui je crois pourrait t'intéresser."

L'occultiste tendit un petit classeur au mage.
Ce dernier l'ouvrit et parcourut rapidement la première page. Il lut à mi-voix.

"Inquisitrice "Zheleznaya Volya".
Sujet catégorie E. Matricule 7830E-23950.
Potentiel psychique latent important."

Eskarioth releva la tête d'un air interrogateur.
son cousin le fixait avec son rictus habituel.

"Continues, continues... Tu vas voir, la suite va t'intéresser !"

Le sorcier poursuivit.

"Excellent état de service.
Nombreuses missions difficiles accomplies pour le bien de l'Empire.
Comportement toutefois à surveiller de près :
* Refus de développer ses talents psychiques pour la Nation.
* Critiques de certaines méthodes de l'Empire à maintes reprises.
* Attitude discutable et tendancieuse envers certains sujets masculins dans l'armée.
* Moqueries et commentaires désobligeants à l'égard de patriotes respectant scrupuleusement la doctrine impériale..."

La liste s'allongeait sur près d'une demi-page.
Eskarioth releva à nouveau la tête. l'occultiste le fixait la tête penchée sur le côté, comme si il observait ses réactions.

"... Je ne vois toujours pas en quoi cela me concerne ?
- Allons, cousiiiin. Ne me dis pas que le sujet ne t'intéresse pas ! Ne correspond-t'elle pas au profil recherché ?
- Je ne vois pas de quoi tu veux parler. Par ailleurs, ceci est un dossier classé confidentiel. Tu ne crains pas que l'on vienne te demander pourquoi tu l'as montré à une personne - même de la famille - qui n'avait pas les habilitations nécessaires ?
- Bha. Je ne vois pas comment ils pourraient être mis au courant. A moins que tu ne leur dises. Et dans ce cas, ce sera ta parole contre la mienne.
- Tu oublies qu'il puisse y avoir des mouchards dans ma chambre.
- Cousiiiiinnn. Tu me vexes là ! Tu crois que je ne suis pas au courant qu'on retrouve tous les mouchards de ta chambre endommagés à chaque fois que tu reviens de voyage ? D'ailleurs, ça commence à rendre les collègues du bureau assez nerveux : Ils leur faudrait pas grand chose pour croire que tu veuilles leur cacher quelque chose !
- Passons. Tout ça ne me dit pas pourquoi tu m'as montré ce dossier.
- Hé bien... Je serais curieux de voir si tes aspirations pourraient prendre forme et se réaliser. Voyons cela... comme ma petite contribution à ton projet ! Hé ! C'est pas sympa de ma part, ça ?!
- Je ne vois toujours pas à quoi tu fais allusion."

L'occultiste porte un doigt à sa tempe, son rictus semblant s'élargir encore, comme si cela était possible.

"Cousiiiin ! Tu me vexes encore ! Tu te souviens de mes aptitudes ?
Tu sais, tu as beau être muet comme une tombe et difficile à lire, même pour un psionique...
Il a pu arriver parfois que tu laisses échapper une de tes pensées. Et tu connais ma curiosité !"

Le sorcier resta interdit quelques instants, puis reprit :

"Merci pour cette lecture distrayante.
Maintenant, si cela ne te fait rien, j'aimerais... ME REPOSER.
- D'accord, d'accord. J'espère juste en retour que tu me donneras de tes nouvelles de temps à autre. Voire que tu me parles un peu plus de tes projets !
- J'y réfléchirais..."

Invitant l'occultiste à sortir, Eskarioth ne tarda pas à la refermer derrière l'inopportun. Après l'avoir verrouillée à double tour, le sorcier soupira. Enfin seul. Ayant retiré son imperméable, il alla s'asseoir en tailleur sur son lit, le dos contre le mur. Puis il relacha toute la tension dans son corps. Son esprit vagabonda : Le dossier qu'il avait lu sur cette xadaganienne l'avait quelque peu perturbé. D'une part, parce que par certains aspects elle lui ressemblait. D'autre part parce que son maudit cousin avait vu juste : Cette femme pourrait intéresser les autres. Avant de sombrer dans le sommeil, le Zem se dit qu'il en parlerait probablement aux agents D et K - ou même au commandant - dès demain.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,9 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

355 joliens y jouent, 1054 y ont joué.