[VS5] Une vie,une quête, un destin (suite 4)

Le sommeil est un état dangereux pour imprévoyant.
Les loups qui rôdent dans la nuit exploitent l’inconscience du dormeur pour le dépouiller, pour le dépecer.
Cependant si tu en déduis que l’adepte des versets de la survie doit dormir d’un seul œil, tu commet une erreur:
le manque de repos finirait par le conduire à sa perte, car celui qui ne rêve pas perd peu à peu toute énergie, toute vigilance.
L’homme prévoyant aura pris soin d’éloigner le danger avant de s’allonger et de fermer les paupières.
Les portes verrouillées, les volets clos, la pièce inspectée de fond en comble, la femme ou le compagnon inconnu renvoyé, il pourra enfin plonger sans remord dans la paix du sommeil.


La vieillesse pour un elfe, est sensé apporter la sagesse mais au fond de moi je suis toujours celle que j’étais il y a une centaine d’années sans doute que cela viendra quand ma quête sera accomplie et que j’aurais terminée de vous transmettre les Versets de la Survie.
Mon récit reprend alors que je viens d’arriver à Novograd, je sais qu’il y a un traitre parmi mes compagnons même si j’ignore encore lequel et je me suis fait une ennemie, Sertvicale, une arisen psionnique. Mais le pire reste à venir, je vais devoir affronter la famille de mes amis Guileastos ainsi que celle de Kaletha.

Lorsque nous arrivâmes à Novograd, j’invitais mes camarades à résider chez moi s’ils n’avaient nul part où aller, et puis ça leur économiserais l’hôtel. Tous acceptèrent même Kaletha alors que je savais que sa famille résidait aussi dans cette ville. Nous commençâmes donc par se diriger vers ma demeure dans le quartier elfique afin d’y déposer nos paquetage.
Cela faisait prés de deux ans qu’elle n’avait pas été aérer et dépoussiérer et elle en avait un réel besoin. Nous nous mîmes tous à la tâche avec entrain et en plaisantant. Cela nous semblait reposant par rapport à Asee Teph, l’empire était loin et nous pouvions enfin nous détendre.
Avec Exwhivess nous allâmes aux quartiers des commerces afin d’y acheter de quoi manger, nous étions six et nous avions 15 jours de repos et de détente alors la nourriture était d’une importance capitale ainsi que les boissons (nous sommes rarement à la fête en temps de guerre) En route, nous rencontrâmes une famille gibberling, que nous avions connu à Asee Teph, la famille Giz, avec Gizmu, Gizme et Gizmi, qui à la vue de l’alcool que nous transportions se joignit à nous. De retour à la maison, nous préparâmes des crêpes que nous mangeâmes avec de la confiture de groseille, en sirotant de l’absinthe pendant que les Giz s’enfilait toute la bière .(la capacité des gibberlings à ingurgiter autant de bière m’étonnera toujours.) Ce fut une soirée de détente et un merveilleux souvenir encore aujourd’hui. Mais une fois dans ma chambre avec Kaletha je ne pus trouver le sommeil.

Après cette nuit empli de cauchemars et de doutes, je me levai décidée à aller à la rencontre des parents Guileastos. Je pris donc les affaires de mes amis disparus et me mit en route pour le quartier Gibberling, à l’ouest de Novograd. Ce trajet jusqu’à chez eux me rappela mes jeux avec Sevy et ses sœurs, comme la fois où nous avions caché la marchandise du maroquinier, il l’avait cherché toute la journée et nous avait fortement grondé quand il avait découvert que c’était nous qui lui avions joué un tour. J’arrivai enfin devant leur foyer et frappai à la porte après quelques secondes d’hésitation. Cette dernière s’ouvrit et je vis Madame Guileastos, nos regards restèrent rivé l’un à l’autre pendant quelques instants, puis son visage s’éclaira lorsqu’elle me reconnut. Elle savait depuis longtemps que ses enfants étaient décédés mais c’est avec chaleur qu’elle me fit entrer dans son logis.
_ Lilas quel bonheur de te revoir! me dit-elle en me conduisant au salon où ces deux frères attendaient.
_ Je suis moi aussi heureuse de vous retrouver en bonne santé et je suis navrée de n’avoir pu venir plus tôt.
_ Ne t’inquiète pas, je sais qu’à l’armée les permissions sont rares.
_ Je suis venu pour... mais je ne pus finir ma phrase.
_Assied toi, veux tu un verre d’hydromel, du thé?

Je m’assis donc et acceptai une tasse de thé. Nous discutâmes ainsi de tout et de rien pendant un moment, et elle savait que ma visite avait pour but de lui parler de ses enfants mais elle voulait retarder ce moment le plus possible. Ces frères aussi l'avait compris mais comment lui en vouloir

_ J’ai appris pour ta mère et je suis désolé me dit-elle
_ Ce n’est pas de votre faute, c’est l’empire qui me l’a prise.
_ J’ai eu des nouvelles de ton père, il va bien ajouta-t-elle
_ Ah bon! Il est toujours à Frontières gelées? répondis-je d’une voix détachée
_ Non, il est a Tenebra depuis deux ans, ta mère ne te l’avait pas dit?
_ Non, mais cela aurait-il changer quoique se soit?
_ Non en effet, mais tu ne m’as pas dit l’objet de ta visite.
_Je.....je suis venu accomplir les dernières volontés de ...de vos enfants lui dis-je hésitante.

Ces mots furent les plus difficiles à prononcer de toute ma vie. Je vis alors dans ses yeux la douleur d’une mère, celle qu’on ne voit que lorsqu’elles ont perdue leurs enfants.

_Voici les affaires qu’ils possédaient à Asee Teph, lui expliquai-je en lui donnant le paquetage

Sans un mot elle le pris, je m'effondrai alors.

_C’est de ma faute, je n’ai pas pu les sauver, je suis désolé, tellement désolé.
_Ce n’est pas de ta faute, c’est l’empire qui me les a pris.
_ Mais si...
_ Ce n’est pas ta faute, c’est l’empire et cette guerre idiote qui m’ont pris mes enfants, me coupa-t-elle alors avant de sortir brusquement de la pièce.
_ Ne t’inquiète pas elle n’est pas en colère contre toi, m’expliqua un de ses frère, mais contre la guerre, je sais qu’elle regrettera de ne pas t’avoir remerciée
_Me remerciée de quoi? Je ne le mérite pas, je n’est fait que lui apporter le paquetage de ses enfants comme ils me l’avaient demandés.
_ Tu est venu pas juste comme un messager froid et formel, mais comme l’amie de ses petits et tu as pleurée sur eux et pour cela nous te remercions.

Après cela je pris congé, et me dirigeai vers chez moi et vers mes compagnons d’armes qui m’attendaient. Cette nuit là aussi mon sommeil fut agité.

Pendant ce troisième jours de vacances, j’allais me balader dans Novograd avec Ironvile, nous chinions chez les marchands, nous décidâmes alors d’aller faire un tour aux enchères. Nous y trouvâmes toutes sortes de choses fortes utiles, comme des armes des armures....... Cet hôtel des ventes était et est toujours une vrai mine d’or. Alors que nous étions sur le point de partir, j’aperçus une enchère incroyable; un morceau de la tablette des Versets de la Survie. Je le payait 2 pièces d’argent quelle chance avait eus-je là. C’est donc les bras charger et la bourse plus légère que nous remîmes en route pour la maison. Quand soudain j' aperçus Kaletha, avec au bras une elfette qui le dévorait des yeux, je fus atterrée lorsque je vis mon homme se pencher pour embrasser cette Léposité. Avant même que Ironvile est le temps de réagir, je me jetait sur elle sauvagement sous le regard éberlué des passants.

_Laoli!! LAOLI!!

Alors que je me retournais pour voir qui m’appelai je crus voir double, car Kaletha était à la fois devant et derrière moi.

_Laoli, je te présente mon frère Andromedd et sa nouvelle amie, Lili
Mon dieu!! Quelle honte!! Je ne savais plus où me mettre, Ironvile était plier de rire. J’aidais Lili à se relever en m’excusant rouge comme une pivoine.

_J’ai cru ...enfin je... il te ressemble tellement.
_Normal c’est mon jumeau, dit-il dans un éclat de rire
_Mais je... oh mon dieu, je suis désolé
_C’est une tigresse ta copine Kale, ajouta Andromedd avec un sourire

Enfin bref, vous l’avez compris je venais de rencontrer la famille de Kaletha et ce fut une rencontre inoubliable.
Je passais encore plusieurs nuits à dormir très mal et des journées à me détendre avec mes compagnons, avant de me souvenir que j’avais mon 5eme fragment et que je ne l’avais pas encore lu. Je décidai donc de le lire et d’aller les mettre en sécurité à la banque avant de retourner à Asee Teph.

Le sommeil est un état dangereux pour imprévoyant.
Les loups qui rôdent dans la nuit exploitent l’inconscience du dormeur pour le dépouiller, pour le dépecer.
Cependant si tu en deduis que l’adepte des versets de la survie doit dormir d’un seul oeil, tu commet une erreur:
le manque de repos finirait par le conduire à sa perte, car celui qui ne rêve pas perd peu à peu toute énergie, toute vigilance.
L’homme prévoyant aura pris soin d’éloigner le danger avant de s’allonger et de fermer les paupières.
Les portes vérouillées, les volets clos, la pièce inspectée de fond en comble, la femme ou le compagnon inconnu renvoyé, il pourra enfin plonger sans remord dans la paix du sommeil.


Je trouvais ce verset fort étrange mais jusqu’à maintenant je n’avais jamais eu aucune raison de les contredire, au contraire. Je m’absentais donc discrètement afin de mettre mon butin au secret, puis annonçais à Kaletha qu’il ne partagerai pas ma couche cette nuit là ainsi que les suivantes car j’avais besoin de solitude. Il me comprit et accepta de dormir dans une autre chambre.
Et bien devinez quoi?? Lorsque je fus seule dans ma chambre, et que j’appliquai le verset je dormis comme un bébé. Enfin je trouvai le repos mais en même temps c’était normal, un traitre rodait parmi mes proches, je ne pouvais me sentir en sécurité avec aucun d’eux.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,9 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

355 joliens y jouent, 1054 y ont joué.