[VS4] Une vie, une quête, un destin (suite3)

Savoir transformer les circonstances négatives en situations positives, savoir faire le mort devant un grand danger, comme les renards devant l’homme, sont deux des secrets.
Savoir perdre pour mieux gagner ou donner pour mieux recevoir ou s’abandonner pour mieux agir est la marque des grands stratèges de la survie.
Parfois le vent attise le feu, parfois le feu s’éteint dans l’eau, parfois l’eau s’efface devant le vent.
Parfois le vent éteint le feu, parfois le feu évapore l’eau, parfois l’eau terrasse le vent.


Le soleil se lève pour la quatrième fois et je continue le récit de ma vie ponctué de morts et d’atrocités, mais c’est ça la guerre et c’est le prix à payer pour survivre. De la mort de ma mère j’avais appris la Haine et le Dégout, de celle de Sevy, j’ai appris le Courage. La mort du guerrier qui m’a sauvé m’a donné un But, celui de découvrir les morceaux de la tablette où sont inscrits les Versets de la Survie. Mais reprenons notre histoire là où je l’avais laissée.

Notre groupe était amputé d’un membres et nous savions que nos supérieurs allaient le remplacer. Deux jours après, c’était fait, un éclaireur Kanian nommé Kaoii, nous rejoignit c’était un gai luron dont la seule passion était de tuer les impériaux.
Nos missions s’enchainaient, tuer, massacrer, piéger, miner les défenses et le moral de nos adversaires (j'étais très forte à ce jeu là, rien ne les décourager plus que me voir danser sur les cadavres de leur amis) était notre lot quotidien. Cela faisait maintenant plus de 18 mois que nous nous battions ainsi quand nous eûmes droit à notre première permission afin de retourner à Novograd. J’en fus heureuse mais aussi inquiète car j’allais affronter la famille Guileastos pour leur ramener le paquetage de leurs enfants morts au combat.
Nous décidâmes tous de partir ensemble, tous ce temps passé à guerroyé nous avais rapproché, Kaletha, lui voulait me présenter sa famille (je n’étais pas sur de le désirer). Nous devions embarquer sur un navire militaire qui se rendait directement à la capitale, mais cela ne m’ empêcha pas de m’armer comme si ma vie en dépendait (on est jamais assez prudent), je pris donc ma hache, une dague et quelques potions (certaines m’ayant coutées très chères).

Nous embarquâmes donc au lever du soleil, le voyage serait long, nous bavardions, certains jouaient aux osselets, nous étions nombreux à rentrer chez nous. Nous aperçûmes Tenebra, je ne pus m ’empêcher d’avoir un pincement au cœur en me disant que finalement je n’y était jamais allé.
Alors que nous arrivions en vu de Frontières Gelées, un navire impérial nous attaqua, nous nous battions comme des lions, et l’issue du combat était encore incertaine quand je vis une arisen psionnique descendre vers les cales. Je la trouvai en train de fouiller mes affaires et elle tenait dans ses mains mes morceaux de tablette. Comment pouvait-elle savoir? Y avait-il un traitre parmi mes compagnons d’armes? Elle me regarda avec avidité, empocha mon trésor et me mis sous son contrôle. C’est ainsi que je fut faite prisonnière et emmener sur le navire ennemi alors que le combat faisait rage. L’ arisen ne perdit pas de temps et m’emmena dans une pièce afin de m’interroger. Avant d’utiliser la force pour me faire parler, elle tenta la douceur. C’est ainsi qu’elle me libéra de son emprise mental, et me parla en langue elfique (à ma grande surprise).

_ Je me nomme Sertviecale, et je suis moi aussi à la recherche de la tablette. J’avoue que c’est un belle prise grâce à toi j’ai maintenant 4 fragments.
Ma surprise était grande et je ne pus que la regarder hébétée
_ Tu pensais être la seule a connaitre son existence, alors tu es bien une de ces elfes idiotes et égocentriques.
_ Je me doutais bien que d’autres personnes serait au courant mais ce qui me surprend c’est que tu es su que c’était moi qui les avais.
_J’avoue que je suis étonnée d’en avoir trouvé autant, je ne pensais saisir que celui de Globinwalker, Oui!! C’est grâce à ce sale orc fanatique que j’ai pu remonter ta piste. J’étais à sa recherche quand j’ai appris sa disparition après avoir été au Papillon Sylvestre ainsi que d’une elfe prostituée nommé Laoli. Tu as fait grande impression sur la famille Merry et j’ai du user de mon pouvoir pour en apprendre davantage
A ces mots mon cœur se serra
_Si tu leur as fait le moindre mal, je t’étranglerais avec tes propres tripes.
Elle se mit alors à rire,
_T’inquiète pas pour tes amis poilus ils sont en vie bien qu’un peu secoués, tu devrais plutôt songer à toi et à ta sécurité.
_Tu me crois donc si naïve, lui répondis-je en lui balançant une potion de colle
Elle était incapable d’esquisser le moindre mouvement, mais c’était une psionnique et je ne l’oubliais pas
_ Je reprend mon du et les intérêt ajoutais-je en assommant

Je lui fis les poches récupéra mes morceaux de tablettes et en profitai pour lui prendre celui qu’elle possédait. Je n’avais pas le temps de l’achever, il fallait que je fuis avant la fin de la bataille . Je m’aventurai dans les couloirs déserts en faisant attention de ne pas être repéré. J’arrivais sur le pont sans encombres, la bataille suivait son cours et donc personne ne me remarqua alors que j’atteignais la plate forme d’embarquement. Je pus ainsi me téléporter à bord du navire de la ligue. Je filai au dortoir et récupérais mes armes puis je partis à la recherche de mes camarades afin de combattre à leur cotés. Arrivé auprès d’eux, je me rendis compte que nous perdions l’avantage. Je convainquis mes amis d’un plan, afin d’inverser la tendance. Nous nous cachâmes alors sous les corps jonchant le pont, et lorsque les ennemis furent à portée de nos armes nous les massacrâmes jusqu’au dernier grâce à l’effet de surprise. Les survivants fuirent a bord de leur navire. La victoire était à nous.
Il fallut encore nettoyer le pont des corps ennemis que nous jetâmes sans hésiter dans l’astral, puis nous comptâmes nos morts et les installâmes avec les égards qui leur était du dans la cale. J’ai eu de la chance mes compagnons allait bien et Kaletha n’avait même pas une égratignure .(je n’aurais pu supporter qu’il lui arrive malheur)
Le navire se remit en route pour Novograd, j’allais sur le pont et observais l’astral. Je savais maintenant que je n’étais pas la seule personne à la recherche des Versets de la Survie, je devais donc redoubler d’efforts dans mes recherches et surtout faire très attention à cette arisen. Je savais que nos chemins se croiserait de nouveau il fallait donc que je me méfie à l’avenir. Machinalement je lus la pierre que je lui avait prise:

Savoir transformer les circonstances négatives en situations positives, savoir faire le mort devant un grand danger, comme les renards devant l’homme, sont deux des secrets.
Savoir perdre pour mieux gagner ou donner pour mieux recevoir ou s’abandonner pour mieux agir est la marque des grands stratèges de la survie.
Parfois le vent attise le feu, parfois le feu s’éteint dans l’eau, parfois l’eau s’efface devant le vent.
Parfois le vent éteint le feu, parfois le feu évapore l’eau, parfois l’eau terrasse le vent.


Ahhh Ironie quand tu nous tient!! Si Sertviecale avait suivit le précepte inscrit sur ce fragment, c’est elle qui aurait eu la tablette. Mais quelque chose me gênait quand même, elle avait été directement à mon couchage. Il y avait un traitre, était-il mort pendant la bataille, ou pire était-ce un de mes compagnons?
Ces derniers me rejoignirent alors et c’est avec mes doutes que nous regardâmes Novograd se dessiner à l’horizon.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,9 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

355 joliens y jouent, 1054 y ont joué.