[VS2] Une vie, une quête, un destin (suite)

Tous les coups sont permis, y compris les coups bas - surtout les coups bas.
Les Versets de la Survie ne s’adressent pas aux cœurs épris de noblesse et d’éthique.
Que ceux-là se tournent vers les religions traditionnelles, se soumettent à un quelconque maître ou franchissent la porte qui mènent dans les mondes de l’au-delà...


Aujourd’hui, je vais reprendre mon récit là où je l’avais laissé, c’est à dire, lorsque des commerçants affranchis m’avaient recueillis sur leur navire et m’avaient ramenée à Novograd complètement différente de la personne que j’avais été deux jours avant.
Je passais alors deux mois à errer dans la maison de ma mère, mais je l’avoue mes souvenirs de cette époque sont forts vagues. Je me rappelle tout de même deux choses, la Haine puissante et inaltérable et le Dégout de ce que j’avais du faire pour survivre. Ces sentiments envahissaient tout et je n’avais plus goût à rien même l’absinthe n’avait plus aucun intérêt.
Puis un jour, alors que j’allais de nouveau passer une journée au fond de mon lit, on frappa à ma porte. Je me levais donc et allai ouvrir. Quelle ne fût pas ma surprise de voir apparaître mes amis d’enfance gibberlings, la famille Guileastos, qui revenaient en permission après plusieurs mois à Asee Teph en tant qu’éclaireurs de la Ligue.

_ Lilas, comme nous sommes heureux de te voir, nous avons accourus dés que nous avons su, me dirent-ils.
_Les Guileastos, vous êtes de retour, je..., furent les seuls mots que je pu prononcer.
Ils étaient là devant moi, souvenirs vivants de mon enfance et moi je n’étais pas capable de dire un mot quelle idiote!!

Mais ils comprirent et ne dirent rien, je les fis entrer et machinalement me mis à leur préparer des bières chaudes ainsi que de la soupe aux choux.
Ils restèrent silencieux ainsi pendant un long moment jusqu’à ce que je me décides à déballer tout ce que j’avais sur le cœur. Et plus mon récit avançait plus il me semblait irréel, je me sentis obligé de sortir le 1er fragment de la tablette pour me convaincre que tout s’était vraiment déroulé comme dans mon souvenir. Je restai là à la fixer sans la voir quand je me rendis compte que Sevy, l’ainé de la famille Guileastos, parlait d’un fragment similaire qu’il aurait aperçu pendant un combat au cou d’un orc. Cela me permit de sortir de ma léthargie, n’avais-je donc pas une promesse à tenir!! Je me levai brusquement et me mis à harceler la famille Gibberlings de questions, lesquels sous le choc de mon changement d’attitude brutale avait du mal à y répondre. Après toute ces années je ris encore au souvenir de leurs expressions éberluées à ce moment là!! Mes très chers amis comme vous me manquer aujourd’hui alors que la mort ultime rôde.

Photos de mes amis les Guileastos


Grâce aux informations fournies par les Guileastos, je pris le chemin de l’armée m’engageant sous le nom de Laoli. Toujours armée de la hache ayant tuer ma mère (et celui qui l’avait assassiné), je me spécialisais en tant que paladin afin d’être toujours en première ligne et pouvoir repérer cet orc maudit qui possédait la 2e partie de ma quête. J’ignore encore aujourd’hui si c’était un signe de Tensess ou le hasard mais mon débarquement à Asee Teph s’effectua alors que le campement était attaqué par les impériaux. Je ne fis pas de quartier, je frappais, coupais et tranchais tous ce qui se trouvait à portée de ma hache. Au moment où j’allais achever un guerrier xadaganien, j’aperçus l’ orc et son pendentif. Aucun doute c’était bien un fragment de la tablette. Mais comment la récupérer, je voyais bien que cet orc avait plus d’expérience en combat, de plus ses armes et son équipement était de meilleure qualité que la mienne. Un affrontement contre lui serait donc un échec, je devais donc trouver un autre moyen de lui dérober cet objet.

Quand le combat cessa enfin nous étions tous éreintés de faim et de fatigue. Au mess j’en profitais pour poser des questions sur cet orc. J’appris alors qu’il se nommait Goblinwalker, que c’était un lieutenant guerrier de l’armée impériale craint par ses hommes, et surtout j’appris que c’était un fanatique religieux (cela me fit beaucoup rire puisque sa religion est une hérésie) et enfin que c’était un habitué du Papillon Sylvestre (mon fou rire devint alors incontrôlable, un habitué d’une maison close pour un illuminé extrémiste avouez que cela est risible).
Grâce à ces renseignements, j’eus l’idée d’un plan pour récupérer le morceau de la tablette qu’il me manquait. Le problème avec mon plan est que j’avais besoin de temps libre et de quelque jours pour exécuter mon dessein. Mais je devais être bénie de Tensess car le lendemain nous eûmes droit à 1 semaine de permission afin de se familiariser avec les Terres Sacrées. Je ne perdis alors pas de temps et partit immédiatement pour Eldjunes à la recherche du Papillon Sylvestre, où à force de cajoleries et de câlineries à la famille Merry j’arrivai à me faire engager ( je vous assure que satisfaire une famille de gibberlings n’est pas chose aisée surtout les trois en même temps).
J’étais dans la place, je n’avais plus qu’à attendre la visite de Globinwalker, je dus bien sûr travailler pendant ce temps là (je ne m’étalerais pas sur le sujet car cela se passe de commentaires). Le sixième jour, il n’était toujours pas venu, et je commençais à m’inquiéter car je devais réintégrer mon régiment dés le lendemain. je commençais à perdre espoir quand il franchit la porte du bordel.

_ Bonsoir les Merry, il parait que vous avez de la viande fraîche à me proposer?
_ En effet, lieutenant nous avons une nouvelle recrue fort charmante et qui a réussi à satisfaire tous nos clients jusqu’à maintenant. Laoli viens par ici ma petite!!
Vous verrez vous serez satisfait.
_ Puis-je vous payer après?
_ Voyons lieutenant vous connaissez la politique de notre établissement, les bons comptes font les bons amis.
_ Soit tenez, j’espère qu’elle en vaut la peine!!

Je m’approchais alors de lui, et l’entrainait en minaudant dans ma chambre. Je dansais pour lui tout en me dévêtant, je fît tout ce qu’il désirait (j’avoue que j’eus du mal à cacher mon dégout et surtout à faire semblant que cela me plaisait).
Enfin il s’endormit d’épuisement (il était temps j’allais finir par vomir!!), je lui pris alors le morceau de tablette, puis sortis une dague et sans aucune hésitation l'égorgeais comme un cochon. Pourquoi me direz vous, mais simplement car c’était un orc et que ma devise est qu’un bon impérial est un impérial mort. Je prévins alors la famille Merry du décès brutal de leur client, ils n’étaient pas plus surpris que ça et mieux ils m’aidèrent à jeter le corps prés de la tanière d’un chef de meute des loups qui parsemaient la région. Je fis le ménage et leur fit mes adieux ainsi qu’aux filles avec qui j’avais noués quelques liens ( je les reverrais quelques mois plus tard quand les filles se sauveront après une attaque de déserteurs de la ligue).
Je me mis en route au milieu de la nuit et épuisée je décidais de bivouaquer alors que j’approchais du Versant des Araignées. Je regardais alors mon morceau de tablette et lus ce qu’il y avait gravé:

Tous les coups sont permis, y compris les coups bas - surtout les coups bas.
Les Versets de la Survie ne s’adressent pas aux cœurs épris de noblesse et d’éthique.
Que ceux-là se tournent vers les religions traditionnelles, se soumettent à un quelconque maître ou franchissent la porte qui mènent dans les mondes de l’au-delà...


Quelle ironie!!! Tous les coups sont permis!!! Surtout les coups bas!!! Quand je pense avoir tuer un fanatique religieux après l’avoir séduit simplement pour un morceau de caillou gravé, je savourais réellement l’ironie de la situation.
Au matin, je me remis en route pour ma base de Asee Teph sachant que je trouverais tous les Versets de la Survie et que leur lecture me plairais car c’était la seule chose qui me restait avec la Haine et le Dégout.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,9 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

355 joliens y jouent, 1054 y ont joué.