[VS2] Requiem for a heart



« Tout les coups sont permis, y compris les coups bas – surtout les coups bas.

Les versets de la survie ne s’adressent pas aux cœurs épris de noblesse et d’éthique.

Que ceux-là se tournent vers les religions traditionnelles, se soumettent à un quelconque maître ou
franchissent la porte qui mène dans les mondes de l’au-delà… »

Les versets de la survie



Je me répétais sans cesse ces quelques mots que j’avais lus sur la tablette. Je me rappelle encore de ce chaman qui me la tendait péniblement, les cinq flèches sanguinolentes qui dépassaient de son dos devaient y être pour quelque chose.

« Emportes la avec toi, ils ne doivent … »

Ce fut tout ce qu’il réussit à dire avant que d’immondes gargouillis de sang mettent fin à son agonie. Je m’emparais de la tablette après une courte réflexion, me disant qu’elle devait surement renfermer quelque
précieux secret, et puis comme disent ceux du campement :

« ça fera toujours une chose que ces chiens de la ligue n’auront pas ! »

« Les versets de la survie ne s’adressent pas aux cœurs épris de noblesse et d’éthique. »

C’est à se demander si un jour ces notions ont existé. Tous les jours on voit des blessés, des morts, des embuscades. Chacun tire dans le dos de l’autre, et au final aucun camp ne vaut mieux que celui d’en face. Heureux les simples d’esprit comme disait Marou’nh, je me souviens qu’il se croyait heureux lorsque je l’ai rencontré, il a dut passer des jours tranquilles avec les buraucrates de Nezebgrad; Étrangement, il ne disait plus du tout la même chose en arrivant ici, sur les terres sacrées; Il est devenu comme les autres, puis il est mort, foutu veinard. Son corps n’a jamais été retrouvé après une Nième bataille et son
étincelle a disparut dans l’astral. J’aimerais avoir la même chance je dois avouer...

Être Zem procure l’immortalité, mais à quel prix ? Nous nous souvenons de tout, et nous devons supporter cet enfer pour l’éternité, et s’il n’y avait pas eut les insurgés, je crois que j’aurais suivis Marou’nh depuis longtemps.



« Que ceux-là se tournent vers les religions traditionnelles, se soumettent à un quelconque maître ou
franchissent la porte qui mène dans les mondes de l’au-delà… »

La trinité, les chefs de l’empire et de la ligue, tous ceux qui leur sont loyaux ne font que baisser les yeux face à une réalité qu’ils ne peuvent admettre. Ils sont tous aussi perdus les uns que les autres, et ceux
qui les gouvernent croient savoir ce qu’ils font et qui ils sont juste parce qu’ils ont le pouvoir sur les premiers. Quant à ceux qui ont compris cette absurde logique, ils sont partis depuis bien longtemps faire un tour dans l’astral.

Quelle stupidité…



J’arrive à percevoir un bateau astral en flammes qui passe juste devant moi, poursuivis par un autre encore frais. Une veine curiosité en moi cherche à savoir lequel est de l’empire et lequel est de la ligue, mais qu’importe ?
Ils font tout les deux la même sale besogne : tuer.

Un deuxième bateau arrive pour supporter le poursuivant, puis ils arrivent tout deux à bloquer le
troisième désormais en mauvaise posture.

Alors que les éclats de bois fusent sous les explosions de canons astraux, je vois des elfes, des humains, et leurs amis « bouledepoils » tomber dans l’astral. Visiblement le bateau qui fuyait est condamné. Des soldats
de l’empire abordent leurs adversaires affaiblis, des cris, du sang, des morts …
Certains tentent de fuir mais se font achever par une lame dans le dos.

Je me lève péniblement du sol et me détourne de ce triste spectacle lorsque que des flammes sortent de la coque percée du bateau de la ligue au niveau de la salle moteur, cela devrait bientôt être terminé.

Je me retourne et me dirige vers les bois enneigés, régler les problèmes des marchands du coin me fera peut être oublier tout ceci l’espace d’un instant ?

Après quelques pas j’entends des hurlements puis une titanesque explosion. Le moteur a enfin explosé, c’est finit maintenant. Tout le monde rentre chez soi en attendant la prochaine embuscade, en espérant que l’étincelle des copains arrive à bon port.

Si j’avais encore vraiment un cœur, je pense qu’il serait serré après ce morbide spectacle, mais bon c’est pour ça que je suis heureux d’être zem, les émotions ne veulent plus vraiment dire quelque chose pour moi.

« Tout les coups sont permis, y compris les coups bas – surtout les coups bas. »

Oui… Surtout les coups bas …

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,9 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

355 joliens y jouent, 1054 y ont joué.