[VS2] Le pouvoir d'une femme

 

J’ai toujours été fière d’être une femme. Sous notre apparente fragilité se cache bien souvent un caractère bien trempé, des ressources insoupçonnées, et une ruse sans égale…

La guerre a décimé ma famille, mon amant. Mon sang réclame vengeance.
Je me mis alors en route pour les Terres Sacrées. L’armée a toujours besoin de chair à canon. Je ne pensais qu’à donner ma vie pour ma patrie.
Avec mon fidèle Elendil, je m’engageai. J’appris sur le terrain les rudiments de la guerre. Ma maitrise de la foudre et
de mon lynx faisait l’admiration de mes pairs. J’en étais fière.
Mais je m’appercu rapidement, qu’en combat les hommes étaient plus doux avec
moi, moins concentré lorsque ma sueur collait mes vêtements contre mon buste. C’est
alors que je compris. Ma ruse à moi ? Les attraits de mon corps… Alors je décidai
de tester ma théorie : Faire l’ingénue, la fragile et porter le coup
fatal, tel un ange de la mort.

Lors d'une mission d'espionnage, une occasion se présenta. Je tissais alors ma toile, telle une araignée pour sa proie.
Je savais que l’ennemi rodait. Et je savais pertinemment qu’il passerait dans
ce sous bois. Il aimait se ra fraichir dans ce cours d’eau. J’enlevais alors
mes vêtements de cuirs, ne gardant que ma fine chemise. Je délassais mes longs
cheveux. Je choisis un arbre et m’y adossa. Elendil grimpa se camoufler dans
les branches. Sa respiration se fit plus lente, le rythme de son cœur diminua. Il était maintenant indétectable. J’attendis…mais point longtemps…
Je le vis s’approcher, un Arisen, sure de ma vulnérabilité, des étincelles
malsaines dans ses yeux, son corps décharné vibrant de la haine nos
peuples. Il croyait me soumettre avec d’autres
moyens que ceux des armes. Je fis l’innocente, la tentatrice, son sourire
fendant son visage morbide. Il toucha une de mes boucles dorées. Fatale erreur.
Ma rage frappa. Mon Elendil, en harmonie avec mon cœur, se déchaina contre l’Arisen,
crocs acérés, griffes mortelles, nos yeux flamboyant de rage. Le premier sang coula. A peine pu t’il
esquisser un visage de stupeur que ma foudre s’abattait sur lui, le figeant
dans ses cendres dans une position grotesque. Pfff … les hommes, quelques
soient leur race sous estiment le pouvoir et la force d’une femme. Je tenais la, la faiblesse de l’ennemi.

Ma force : mes yeux de biche,mes formes généreuses, la maîtrise de mon art Kanian.
Mon maître : Ma vengeance.

Ainsi appliquai-je les Versets de la Survie.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

356 joliens y jouent, 1054 y ont joué.