[VS1] Doutes, Incertitudes... Et vigilance.

"Choisis de t'engager sur les chemins de l'aventure plutôt que de suivre
le troupeau dans la plaine. Je ne parle pas seulement des sentiers qui bordent les précipices ou des routes qui traversent la zone sinistrée, mais également des voies de la destinée.
Elles t'entraîneront dans les recoins les plus noirs de ton âme, là où tu rencontreras
tes pires adversaires, là où tu puiseras la force de survivre dans ta haine
et ton dégoût de toi-même."



"Enfin seul..."
Après quelques heures de recherche, Eskarioth avait fini par trouver un promontoire rocheux surplombant l'Astral. S'asseyant dans une posture méditative, l'Arisen ne put s'empêcher de sourire derrière son masque. De loin, il devait très certainement passer pour un prêtre Zem en plein recueillement.

"Recueillement que bien peu d'impériaux auraient l'audace de troubler, les prêtres de mon peuple n'étant pas connus pour être très miséricordieux lorsqu'on les dérange..." songea-t'il. Pendant quelques instants, Eskarioth fixa les abysses de l'Astral s'étendant devant lui, laissant le vent sec des Steppes Rouges s'infiltrer au travers de son masque mortuaire.

Sortant de sa rêverie, il finit par poser sur ses genoux un paquetage qu'il commença à défaire soigneusement, restant légèrement sur le qui-vive. Quelques instants plus tard il retirait une tablette d'un amas de chiffons et commença à l'étudier, chose qu'il s'était retenu de faire jusqu'à cet instant. L'objet qu'il tenait entre ses mains constituait probablement une attaque sérieuse envers les dogmes de l'Empire... Toutefois, l'ignorance de ce que l'on combat était autrement plus dangereux, du point de vue de l'Arisen. Il avait récupéré l'objet sur le corps d'un fanatique de Tep, non loin du quartier général du ZIT. Le vaincu, en train d'agoniser, avait regardé Eskarioth d'un air étrange au moment où il avait ramassé la tablette. Pensant d'abord rapporter la tablette à la directrice du comité, il s'était brusquement ravisé, comme pris d'un doute. On lui avait demandé d'oublier trop de choses qu'il avait vu ou entendu ces derniers temps, d'oublier et... de ne pas chercher à comprendre.

Secouant légèrement la tête d'agacement, Eskarioth se concentra désormais sur la tablette.
Les deux premières lignes le firent à nouveau sourire : "Le troupeau dans la plaine". Il ne pouvait s'empêcher de faire la comparaison avec les stages d'entrainement militaire intensifs qui se déroulaient à peine à quelques kilomètres de là, dans les Steppes... L'auteur de cette tablette incitait-il à privilégier l'exploration, la recherche du savoir, plutôt que l'incitation à la guerre ? Serait-ce de la propagande liguière ? Non. il n'était fait nulle part allusion à l'Empire et à la Ligue. Et encore moins de soubrettes elfiques légèrement vêtues incitant à la débauche. De plus, l'origine de la tablette impliquait qu'elle avait été réalisée par quelqu'un de son peuple, peu sensible aux techniques de manipulation des foules...

Le plus dérangeant dans l'histoire était que ce simple verset relatait de manière plus ou moins sybilline ce que l'Arisen avait vécu ces dernières semaines en servant aveuglément l'empire, en contribuant à son humble niveau au démantèlement de conspirations, de rebellions et de trahisons. Des éléments pourtant sans aucun lien apparent entre eux... mais qui convergeaient tous vers un seul but : la chute de l'Empire. Du moins tel qu'on le connaissait actuellement.

Loin d'être un fanatique, Eskarioth était un fervent défenseur de l'Empire pour des raisons pragmatiques. Il estimait louable une société prônant l'ordre, la discipline et l'unité. A l'inverse il n'avait que peu de respect pour la Ligue qui était prête à intégrer des petites boules de poil tout juste bonnes à servir de ballon de remplacement au globinoball. Les liguiers étaient-ils à ce point désespérés dans le recrutement de leurs effectifs militaires pour avoir recours à ces créatures si ridicules dans la guerre contre l'Empire... ? Non, décidément, ils n'avaient aucun amour propre, ni aucune fierté.

Reprenant ses réflexions sur la tablette, Eskarioth sentit une sourde inquiétude croître en lui en ressassant les dernières lignes du verset : Même si il estimait la guerre contre la Ligue nécessaire pour imposer l'Empire comme modèle de civilisation, se focaliser sur les batailles incessantes pouvaient faire perdre de vue ce que l'on cherchait à la base en entamant ce conflit... devenir une machine à tuer, perdre son humanité... Ce qu'il avait vécu depuis son réveil lui avait montré que cela pouvait se produire avec une terrifiante facilité. Ces êtres qui s'investissaient corps et âmes dans les massacres seraient-ils un jour capables de revenir à un état normal et stable lorsque le temps de la paix serait revenu ?

Par ailleurs, de plus en plus d'indices lors de ses voyages sur les archipels impériaux semblaient annoncer une menace invisible dont personne - ou trop peu de monde - semblait se rendre compte : La Ligue n'était probablement le seul adversaire de l'Empire... ni peut-être le plus dangereux. Quelque chose dans l'Astral attendait son heure. Et où donc était ce traitre de Tep ? Il devait en savoir long sur tout ceci, sans aucun doute ... Eskarioth contempla un instant ses mains mécaniques. Il avait un certain talent à manier l'astral parmi les sorciers Arisen. Toutefois il était encore bien novice en la matière. L'Astral. Etait-ce la clé du salut... ou la voie de la perdition ?

Tant de questions sans réponses... pour l'instant.
Le sorcier soupira. Il fallait rentrer. La journée de demain s'annonçait difficile : Essayer de mettre de l'ordre dans les guerres intestines entre les différentes tribus orcs, quite à faire tomber quelques têtes, était loin dêtre une sinécure. Remballant soigneusement la tablette, Eskarioth prit le chemin du retour vers la vieille caserne.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Allods Online ?

162 aiment, 75 pas.
Note moyenne : (258 évaluations | 68 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Allods Online
(189 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

356 joliens y jouent, 1054 y ont joué.